1925 La concession au mal – «Libère-nous de tout mal....»

1941/05/19: livre 28

Sans la Volonté divine rien ne peut se produire sur la Terre, donc à la base de tout ce qui se passe, il doit être mis en premier cette Volonté, que ce soit dans le bien ou dans le mal. Même ce que les hommes se causent ne serait pas exécutable si la Volonté divine l'empêchait. De toute façon ce serait une erreur que de soutenir que Dieu veut le mal, parce qu'Il le laisse arriver. Dieu n'entrave pas la volonté de l'homme bien qu’elle ne trouve en rien Son Assentiment, pour qu’elle puisse se développer librement et qu'il puisse ainsi décider. Seulement dans cette liberté de la volonté le dernier stade de l'incorporation peut être dépassé, par conséquent celle-ci ne doit pas être rognée, chose qui cependant serait le cas, si chaque action mauvaise était empêchée avant qu'elle soit exécutée ; parce qu'il y aurait seulement le bien dans le monde, alors la possibilité de remontée serait enlevée à l'homme. Celui qui agit est rarement empêché d'agir selon sa volonté, à moins que ce soit un homme qui lutte en demandant à Dieu que l'Amour de Dieu le protège d'actions non réfléchies. Autrement il lui est concédé toute liberté de la volonté, bien que cela ait pour conséquence beaucoup de souffrances terrestres. Il faut donc considérer cela plus comme une Concession de Dieu, parce que Dieu ne S’oppose pas à sa volonté. Ces événements sont surtout conditionnés par la volonté humaine, à laquelle Dieu ne met pas de barrières. L'action peut donc être exécutée, mais il n'est pas obligé qu’elle ait toujours un effet. L’effet induit par une mauvaise action sur l'homme dépend uniquement de la Volonté divine et dépend de sa nécessité pour le mûrissement de l'âme vers laquelle est dirigée la mauvaise action. Plus l'homme tend au mûrissement spirituel, moins d'effet auront toutes les actions qui sont destinées au prochain au travers de la mauvaise volonté de l'homme. Donc celui qui n'a aucune aspiration spirituelle aura plus à souffrir, mais l'homme pour lequel le salut de son âme est important reste peu impressionné. Ainsi la Volonté divine ajuste toutes les choses quant à leur effet par rapport à l'état de maturité des hommes. Donc en final ce qui est né de la mauvaise volonté sert aussi comme moyen d'éducation, en fonction de la volonté de l'homme de se laisser éduquer, parce que l'homme qui tend spirituellement se rend compte de l'état imparfait de son âme et prie Dieu pour la réalisation de sa maturité, par conséquent il accepte ce qui est envoyé, bien que cela n'excuse jamais la mauvaise volonté de celui qui exécute des mauvaises actions sur le prochain. Dieu n'entrave pas la force contraire si elle emploie tous les moyens pour affaiblir la volonté humaine ou bien pour la stimuler à de mauvaises actions. Il n'entrave même pas l'homme pour qu’il ne fasse pas ce à quoi le pousse sa volonté. Mais Il protège Les siens des véhémentes attaques de la part de ceux qui sont sous l'influence de l'adversaire. Il n'empêche pas les mauvaises actions, mais il donne aux hommes la liberté totale, cependant l'homme sans défense n'est jamais exposé aux attaques sans être protégé. Sa volonté peut en amortir ou même en éliminer totalement les effets, si elle se tourne vers Celui qui est Maitre sur tout, parce que Sa Volonté est suffisante pour dévier tout mal de lui, et Il le fait s'il prie intimement : «Libère-nous de tout mal....»

Amen

Ce message est contenu dans les livrets à thème suivants:

livret à thème Titre téléchargement
131 Pourquoi Dieu permet tout cela ?  ePub PDF Kindle


téléchargements

télécharger du livre au 28

 ePub
 Kindle
autres téléchargements

Ce message

écouter

 téléchargement MP3

imprimer l'image
manuscrit original