3299 La foi dans une continuité de la vie de l'âme

1944/10/19: livre 43

La certitude qu'il existe une Vie après la mort du corps, fait supporter aux hommes beaucoup plus facilement la souffrance terrestre, parce qu'alors ils considèrent la vie terrestre seulement comme une marche préalable à la Béatitude, à la vraie Vie dans le Royaume spirituel. Pour eux la vie terrestre ne signifie pas la chose la plus haute et donc ils n'attribuent pas une grande valeur aux adversités et à la souffrance, et ils s’occupent peu des biens terrestres et des joies du monde, parce qu'ils savent que ceux-ci sont périssables. La Vie de l'âme après la mort est pour eux une pensée qui les rend heureux et même la mort perd son caractère effrayant, vu qu’ils ne la craignent pas. Donc un homme qui marche sur la Terre dans la foi de la continuité de la Vie de l'âme, est à tous égard avantagé par rapport à ceux qui nient la continuité de la Vie de l'âme. Ces derniers cherchent à profiter jusqu'au bout de la vie terrestre dans le sens terrestre et tendent seulement à vivre longtemps et bien sur cette Terre, vu qu’avec la mort de leur corps ils se considèrent comme anéantis. Mais l'homme peut conquérir la foi ferme dans une continuité de la vie de l'âme seulement à travers sa réflexion, elle ne peut pas lui être transmise par le prochain, mais l'homme peut être seulement stimulé à penser et lui-même doit arriver à une conclusion que les Créations de Dieu doivent avoir de la subsistance, autrement le Créateur aurait fourni une Œuvre imparfaite. Mais tout ce que l'homme observe est de nouveau une Œuvre de Création sous la forme la plus parfaite en tant qu’Œuvres de Création déjà existantes, donc dans cela on perçoit un constant développement vers le Haut qui ne peut pas de façon compréhensible cesser avec l'homme, mais doit continuer dans le Règne spirituel. Mais cela ne peut pas être démontré à l'homme, s'il ne laisse pas valoir sa propre perception comme une preuve qui affirme joyeusement la pensée d’une continuité de la vie après la mort plutôt que la pensée d'une fin totale avec la conclusion de la vie terrestre.

Donc l'homme doit croire ce qui ne peut pas lui être démontré et il peut en avoir une conviction intérieure qui, maintenant, le fait vivre consciemment sans doute. Parce qu'un homme avec la foi dans la continuité de la vie après la mort prévoira sa vie terrestre entièrement autrement qu’un homme sans cette foi, parce qu'il voit comme but de la vie terrestre le développement animique vers le Haut, parce que comme but il reconnaît un état animique qui à maturité préjuge d’une Vie bienheureuse après la mort. Maintenant il considère davantage son âme, tandis que l'homme sans cette foi cherche maintenant seulement à conserver la vie corporelle et poursuit seulement des buts terrestres. Il est touché par tout ce que concerne le corps, que ce soit joie ou souffrance, parce qu'il ne trouve pas l'équilibre pour la vie de son âme. Sensiblement et mentalement il se trouve de toute façon dans des sphères qui se trouvent en dehors du domaine terrestre, mais il ne se rend pas compte que cela est une recherche de l'âme pour laquelle des buts terrestres seuls ne sont pas suffisants. Mais le désir du corps aura toujours le dessus et il réussira même à faire revenir l'âme de ces sphères tant qu’en elle la pensée dans une continuité de la vie n'est pas encore réveillée et celle-ci opère une résistance au corps. La misère du temps qui arrive sera donc beaucoup plus supportable pour les hommes qui croient fermement dans une continuité de la vie, tandis que des autres seront saisis par le désespoir, parce qu'ils considèrent leur fin temporelle comme arrivée et la connaissance de cela fait jaillir en eux une terreur paralysante. Parce que la foi sera toujours une donatrice de courage et de Force, la foi n'écrasera jamais, mais elle soulèvera, la foi ne sera jamais une faiblesse de la volonté, mais une force de celle-ci et ainsi elle engendrera une forte volonté. La foi n'est en rien humaine, mais c’est quelque chose de divin, bien que le mécréant cherche à en sourire avec mépris. À lui il manque la Force qui s'écoule d’une forte foi. Et donc il doit d'abord lutter pour cette foi, parce que dès que l'homme se croit immortel, il travaille au salut de son âme et ne se contente pas avec les succès de la vie terrestre. Mais l'impérissabilité de son âme ne peut lui être rendue crédible que seulement lorsqu’il s'active dans l'amour désintéressé, autrement l'amour propre prend le dessus et celui-ci repoussera toujours la foi dans une continuité de la vie après la mort, parce que l'âme se rend compte de son état imparfait et donc elle craint plutôt une continuité de la vie. Et donc il doit toujours et toujours de nouveau être prêché en premier lieu l'amour, pour changer les pensées de l'homme et pour que maintenant il suive la vraie foi, pour qu'il apprenne à considérer la vie terrestre seulement comme une station transitoire et tende consciemment à la perfection, pour pouvoir entrer dans la Vie de l'au-delà dans un état qui lui assure la Vie éternelle.

Amen

Ce message est contenu dans les livrets à thème suivants:

livret à thème Titre téléchargement
186 Résurrection à la vie  ePub PDF Kindle


téléchargements

télécharger du livre au 43

 ePub
 Kindle
autres téléchargements

Ce message

écouter

 téléchargement MP3

imprimer l'image
manuscrit original