Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/8653

8653 Maladies et guérisons

1963/10/23: livre 91

Si vous saviez la bénédiction de la maladie, si vous saviez que la maladie contribue à ce que l'âme se débarrasse de ses scories, que la maladie vous aide à entrer patients et résignés dans Ma Volonté, vous ne vous rebelleriez alors plus contre Moi, et vous accepteriez tout ce qui vient sur vous et le reconnaitriez comme provenant de Moi pour votre avantage, et vous sauriez aussi que Je connais l'instant adéquat pour votre guérison. Mais si Je ne vous guéris pas immédiatement c’est pour ne pas contraindre votre libre volonté, parce qu'alors vous seriez forcés à la foi en Moi et en Mon Pouvoir, or vous devez arriver à cette foi sans contrainte. En outre sachez que le but de la vie terrestre de tous les hommes consiste à servir dans l'amour. Et ainsi vous devrez toujours travailler l'un pour l'autre si vous voulez accomplir votre tâche terrestre. Je bénirai donc en particulier ces hommes qui sont toujours prêts à aider en présence de souffrances et de difficultés corporelles. Ces hommes reconnaîtront la cause d'une maladie grâce à la connaissance qui procède de leur amour et ils reconnaîtront aussi les justes moyens pour la guérison ; et sur la base de leur disponibilité d'aider et de leur amour pour leur faible prochain et ceux qui souffrent, ils auront du succès dans leurs guérisons. Mais au fond Ma Volonté est à la base de chaque guérison, et celle-ci impose donc des limites même à l’action d'un homme, lorsque Je reconnais qu’une longue maladie est précieuse pour l'âme du malade. C’est Ma Volonté qui détermine le destin d'un homme, dont font aussi partie les maladies pour lesquelles la volonté humaine, malgré les moyens qui sont employés, ne peut rien faire. Mais Je ne jugerai pas lorsque les hommes trouvent des moyens qui doivent apporter de l’aide aux souffrants, parce que tant que la volonté d'amour d'aider est la cause de ces recherches, alors elles auront aussi Ma Bénédiction. Mais si la conquête de biens terrestres est l'occasion de produire de tels moyens, alors ils sont presque toujours sans effet ou nuisibles pour le corps humain, malgré l'apparente amélioration. Mais vice versa, des moyens plus inoffensifs peuvent être suffisants pour procurer une guérison, si cela est Ma Volonté, et lorsque Je considère venu l'instant pour une guérison. Une maladie doit surtout promouvoir le lien avec Moi, l'homme doit se réfugier en Moi, il doit Me demander la guérison, alors Je lui enverrai ces hommes qui veulent faire de leur mieux pour la guérison du malade, et dont Je peux guider les pensées, parce qu'il est uni à Moi au moyen d'une vie d'amour selon Ma Volonté. Mais il se trouve rarement de tels guérisseurs qui ont Ma Grâce, et plus que jamais les hommes se servent de tels moyens qui ont vu le jour au travers d’actes non bénis. Mais alors ni le corps ni l'âme ne peuvent enregistrer de guérison, parce que Je ne le permets pas au travers de tels moyens. Je veux que l'âme soit aidée, si nécessaire, même sans la volonté de l'homme, Je veux qu’au travers de la maladie elle se détourne du monde, chose qui est beaucoup plus facile si elle ne peut plus suivre les désirs du monde. Vous les hommes vous pouvez donc vous servir à tout instant de l'aide d'un médecin, mais Je décide de la guérison, et son effort sera béni par Moi seulement si la poussée de ses actes est avant tout l'amour pour le prochain. Et seulement alors vous guérirez si vous tirez de votre maladie un avantage pour votre âme, si vous vous en remettez à Ma Volonté, si vous supportez avec patience vos souffrances et si vous Me remerciez pour le fait que votre âme a conquis un grand gain en s’affirmant dans la maladie. Mais vous pouvez aussi vous libérer de chaque maladie au moyen d'une foi très ferme en Moi et en Mon Amour, de la même façon que J'ai pu guérir ces hommes pendant Mon Chemin terrestre, « car leur foi les a aidés ». Rien n’est impossible lorsque votre amour est si profond qu’il forge une foi vivante et vigoureuse qui fait que vous ne douterez alors pas une seconde de Mon Amour et de Mon Pouvoir. Et alors vous pouvez guérir tout à coup, parce que cette guérison n'entraine aucune contrainte de foi, parce qu'alors vous possédez déjà une foi très ferme. Mais qui de vous a cette forte foi ? Qui se sert sans hésiter de Mon Pouvoir, qui s‘en remet totalement à Moi en Me priant de le guérir, et qui ensuite est aussi convaincu que sa prière a trouvé écoute ? Alors un miracle peut vraiment avoir lieu, soit sur vous-mêmes ou bien sur votre prochain, lorsque vous formulez cette prière dans une forte foi. Mais celui qui est totalement uni intimement avec Moi est déjà entièrement dans Ma Volonté, et alors il Me pousse à Agir et il n'emploie pas sa volonté. Il porte ensuite aussi la souffrance la plus difficile avec résignation dans Ma Volonté, et alors il rend un très grand service à son âme, plus grand qu'au moyen de la guérison de son corps. Mais J'agirai toujours sur vous pour que votre sort soit supportable, et là où un homme doit passer à travers de grandes douleurs, là s'exprime seulement Mon Amour pour son âme qui M'en remerciera un jour dans le Royaume spirituel, parce que déjà sur la Terre elle a pu se libérer de beaucoup de scories. Elle Me sera reconnaissante qu’au travers de ses souffrances elle a pu se libérer de sa faute sur la terre et maintenant elle peut entrer dans le Royaume spirituel beaucoup moins chargée, chose qui ne lui aurait pas été aussi facile avec un corps sain.

Amen