Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/8640

8640 Ce qu'il faut comprendre par « foi »

1963/10/09: livre 91

De vous les hommes il est exigé la foi pour quelque chose pour lequel il vous manque les preuves. De vous il est exigé que vous deviez accepter la Vérité de ce qui vous est communiqué. De vous il est exigé que vous-mêmes vous vous déclariez pour cette Vérité. Cela est la foi. Vous devez donc vous baser sur le savoir de ceux qui cherchent à vous transmettre leur savoir, et selon leur crédibilité vous acceptez le savoir. Le savoir terrestre maintenant peut s'affirmer par des preuves, et il est de toute façon possible qu'aux hommes de telles preuves ne soient pas accessibles, mais malgré cela vous serez convaincus de la Vérité, si vous avez une très pleine confiance dans celui qui vous transmet le savoir. Une telle foi n'est en rien extraordinaire, elle est simplement une confiance sur le fait que le prochain soit informé d’une manière juste et que puisse être accepté sans préoccupation ce qu'il transmet. Mais autrement ce sont les choses qui relèvent d’un savoir spirituel, pour lequel il ne peut pas être fourni de preuves. Alors il dépend de vous-mêmes, si vous donnez au transmetteur du savoir spirituel une confiance telle que vous acceptez sans réfléchir, que donc vous croyez ce qu'il vous dit. Et vous savez que chaque homme peut se tromper, que seulement de la part de Dieu toute erreur est exclue. Comment devez-vous maintenant vous procurer la conviction intérieure de la Vérité de ce que devez croire ? Parce que seulement une foi convaincue a de la valeur. On ne peut pas fournir de preuves et l'homme qui vous transmet un savoir peut vous transmettre aussi un patrimoine spirituel faux que vous ne contredisez pas et de l'extérieur vous semblez y avoir « foi », cependant cela ne peut pas être décrit comme foi tant qu’à l'homme il manque la conviction intérieure. Et l'homme peut se procurer cette conviction intérieure seulement de Dieu Lui-Même, de Celui Qui sait tout et Qui veut donner une Lumière à Ses créatures pour qu'elles trouvent une sortie de l’obscurité de l'esprit. Donc l'homme qui veut conquérir une foi convaincue doit se tourner vers Dieu en pensées ou dans la prière. Mais à Dieu va à nouveau seulement un homme qui se déclare intérieurement pour Lui, qui se sent uni et qui donc est intérieurement uni avec Lui, parce qu’il vit dans l'amour. Aucun homme qui est sans amour n’aura une foi vivante, parce que l'entendement ne pourra pas lui en donner la conviction, parce que ce sont des domaines spirituels, c’est un savoir spirituel qui ne peut pas être sondé par l’entendement. L'homme n'arrivera jamais intellectuellement à un savoir spirituel. L'entendement pourra certes réfléchir sur le savoir reçu par le cœur et prendre position, et dès qu’un homme est rempli d'amour, l'entendement ne se rebellera pas. Alors il acceptera sans doute le savoir spirituel, même lorsqu’il est offert de la part d’un prochain, parce que l'amour dans l'homme lui donne la Lumière de la connaissance. Laissez-Moi vous dire cette chose, c’est qu'il n'existe aucune foi vivante sans l'amour, et que l’entendement ne peut pas remplacer l'amour, lorsqu’il s'agit d'un savoir purement spirituel ; par contre un savoir terrestre, pour lequel les preuves sont seulement insuffisantes à l’homme, peut être accepté fidèlement par l'entendement dès que l'enseignant lui semble crédible. Mais pour le savoir spirituel il n'existe pas de preuves, et malgré cela la foi dans ce savoir peut devenir dans l'homme une conviction, mais toujours seulement lorsque l'homme au travers d’une vie d'amour arrive à un savoir qui est apporté à travers l'esprit par Dieu Lui-Même. Alors cette « action spirituelle dans l'homme » est une preuve suffisante et alors on peut parler de « foi », et malgré cela elle n'est pas une foi morte, mais elle est devenue vivante par l'amour et maintenant l'homme soutient convaincu ce qui ne peut pas être affirmé par des preuves. Mais si l'homme a une très pleine familiarité et confiance dans celui qui l'instruit sur le savoir spirituel, alors il pourra aussi croire, il l'acceptera sans preuve lorsque lui-même mène une vie d'amour, et il édifiera sur le savoir spirituel transmis, c’est-à-dire qu’il mettra toujours à la base de son chemin de vie ce savoir et rendra sienne la Volonté de Dieu qu’il apprend à connaître à travers le savoir spirituel. Et s’il vit selon la Volonté de Dieu, alors tout s'éclairera aussi en lui et il apprendra à distinguer la Vérité de l'erreur, il deviendra dans la connaissance et conquerra une foi vivante, c’est à dire convaincue.

Amen