Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/5092

5092 La souffrance du Christ

23. Mar 1951: livre 57

Les souffrances de Christ sur la Croix ne peuvent pas être rendues assez compréhensibles aux hommes sur la Terre, parce que dans leur imperfection ils ne saisissent pas ce que signifie pour un Homme parfait de devenir Victime du péché, parce que la malveillance des hommes a d’une certaine manière vaincu sur Lui, Lequel ne leur a causé aucune souffrance. L'Âme de Lumière de l'Homme Jésus frissonnait devant les malversations de l'enfer, mais elle ne s'y est pas opposée. Elle a laissé passer tout sur Lui, mais elle était saisie d'une horreur devant tant de saleté et de méchanceté des hommes. Elle souffrait indescriptiblement bien davantage que le Corps à travers ce qui lui était fait. L’Âme errait au milieu de l'obscurité, et Sa Lumière ne supportait pas l'obscurité ; malgré cela elle ne fuyait pas, parce qu'elle voulait boire le Calice jusqu'au bout, pour racheter les hommes. Elle-Même a renoncé à la Lumière, autrement il n'aurait pas pu se passer sur Elle ce que l'Amour de l'Homme Jésus voulait qu'il arrive pour porter un Sacrifice à Dieu pour les péchés de l'humanité. Donc elle a fait devenir inefficace Sa Lumière et Elle se trouvait au milieu de l'obscurité, qui la tourmentait et la fit outre mesure craindre, ce qui augmentait encore mille fois Sa souffrance, parce que les tourments de l'Âme dépassaient les souffrances corporelles, chose que pourrait comprendre seulement un homme parfait. Mais Jésus Était parfait comme est parfait son Père dans le Ciel, et malgré cela Il était encore sur la Terre au milieu du péché. Son Règne était celui de la Lumière, la Terre était le règne de Satan, et dans ce règne il fut fait violence à l'Âme de la Lumière. Et cela comblait d’une horreur démesurée l'Être le plus pur et le plus limpide qui n’ait jamais vécu sur la Terre. Il devait Se faire toucher par des mains dont il avait horreur, parce qu'elles s’étendaient à sa rencontre depuis l'enfer et elles Le saisissaient, Il devait écouter des paroles qui Le blessaient profondément ; Il était d’une certaine manière détaché de Son Monde et exposé sans Protection à l'obscurité, chose qui, depuis l'Éternité, était Sa Volonté pour accomplir l'Œuvre de Libération, mais cela ne le rendait pas moins vulnérables, parce qu'il était effrayé et torturé jusqu'à l'épuisement. C’est pourquoi Jésus a prononcé les Paroles : «Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M’as-Tu abandonné....» Il ne savait plus rien de Sa Mission à cet instant, il sentait seulement la séparation de Dieu, de la Lumière dont Il avait la nostalgie et vers Lequel Il criait dans Sa misère. C’était la chose la plus cruelle qu’un Homme ait eu à supporter sur la Terre, parce que chez Lui ce n’était pas seulement la souffrance du Corps qu’Il devait supporter, mais l'Âme souffrait encore bien davantage, chose pour laquelle l'humanité n'a aucune compréhension. Et donc aucun homme, pour combien il ait à souffrir, n’atteindra jamais ce degré que l'Homme Jésus a supporté, lequel le savait déjà depuis très longtemps et pour lequel Il priait dans Son Humanité : «Père, laisse passer loin de Moi ce Calice, mais que non pas Ma Volonté, mais Ta Volonté soit faite....» C’était en même temps la Volonté de Son Âme qui s'était totalement soumise à Dieu pour accomplir l'Œuvre de Libération, et il s'en est remis à Son sort, parce que son Amour pour l'humanité souffrante était très grande, mais aussi la faute du péché était si grande que seulement des tourments et des souffrances les plus extrêmes pouvaient valoir comme Sacrifice d'Expiation que l'Homme Jésus a porté. Mais la profondeur de la souffrance était incommensurable, de même Son Amour était si incommensurable qu'il Lui faisait prendre sur Lui toutes les souffrances du Corps et de l'Âme pour racheter l'humanité de la mort éternelle.

Amen