Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/1932

1932 Dépasser la forme - la résistance contre Dieu

1941/05/28: livre 28

Chaque forme vivifiée est de la substance spirituelle. Ce sont des particules dont l’union a pour résultat l'âme humaine, et ce spirituel se trouve en constant développement vers le Haut. Dès que maintenant le spirituel abandonne sa forme, c’est qu’il l'a dépassée, c'est-à-dire que sa demeure dans cette forme a justement contribué à se libérer de quelque chose qui était un poids. Il a perçu ce poids à cause de l'enveloppe qui lui a enlevé toute liberté spirituelle, et d'autre part aussi à cause de son état d’imperfection, de son état imparfait de maturité. Même de cela il cherchait à se libérer et à tendre vers le Haut. L'abandon d'une forme est donc la première façon de la dépasser, et ensuite aussi de céder ou bien d’offrir toujours moins de résistance contre Dieu. Cette résistance contre Dieu est un état non mûr, parce qu'il a pour conséquence toutes les autres infractions contre Dieu. Ce qui ne résiste pas à Dieu, s'acquitte de Sa Volonté, c'est-à-dire vit et s'arrête constamment dans l'Ordre divin, parce qu'il est dans la même volonté que Dieu. Par conséquent il est dans un certain état de maturité qui procure la Proximité de Dieu. Mais ce qui résiste encore à Dieu, est encore loin de Lui, parce qu'au spirituel tout l'impur est encore attaché justement au travers de cette résistance. Le spirituel doit donc d'abord être libéré de cette impureté et pour cela parcourir le long chemin à travers la Création et vu que maintenant il fait toujours quelque chose qui correspond à la Volonté divine, il renonce à sa résistance d'autrefois et il se purifie.

Amen