Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/1892

1892 Les souffrances dues à l'événement du monde - Acte de Miséricorde divine

1941/04/19: livre 28

Moins l’Être de la Divinité est compréhensible pour les hommes, plus incompréhensible leur apparait la grande misère qu’ils doivent expérimenter et porter, ce n’est pas une punition, mais cela doit être considéré comme un Acte de la plus grande Miséricorde. Cela est compréhensible seulement lorsqu’il est pris en considération l'infini Amour de Dieu, l'Amour qui voudrait attirer et guider tout à Lui et qui n'est pas reconnu. Il ne laisse pas tomber les êtres et donc il empêche que les hommes dans leur cécité se séparent entièrement de Dieu, Il veut préserver aux êtres le sort atroce des âmes qui restent séparées de Dieu et donc Il emploie un moyen qui semble certes cruel, mais qui a pour conséquence que les hommes s'unissent avec Dieu, parce que maintenant Il peut les gratifier avec quelque chose de beaucoup plus magnifique que seulement avec le bonheur et les joies terrestres. Dieu a préparé les délices du Paradis pour les quelques-uns qui L'aiment et qui Le servent. Mais Il ne peut jamais accorder ces délices à des êtres qui se tiennent à distance de Lui. Et Dieu a de la Compassion pour Ses créatures qui doivent languir et qui n'ont pas part à la Magnificence éternelle. Et étant donné que les hommes ne font rien pour entreprendre la voie qui y mène, alors Il vient à leur rencontre en frappant à leurs cœurs qui est dans la souffrance en désirant entrer. Tant qu’ils restent obstinés et ne veulent pas entendre Sa Voix, cela détermine aussi le degré de souffrance de ces hommes. Or maintenant l'état spirituel des hommes est très bas, et cela demande des dispositions très particulières de la part de l'éternelle Divinité, pour que soit atteint le but. Et ainsi le Seigneur guide l'événement causé par la volonté humaine de sorte que l'âme de l'homme puisse arriver avec cela à la maturité spirituelle, bien que le corps doive subir quelque chose d’inconcevablement grave ; parce que le corps est périssable, mais l'âme passe au-delà dans le royaume spirituel. Les souffrances du corps finissent un jour, mais les souffrances de l'âme ne finissent pas avec la mort du corps. Et ce qui donc semble une cruauté, est une Concession de Dieu, motivée par Son Amour infini, parce qu'au travers de la souffrance, l'homme peut arriver à l'éternelle Béatitude ; mais rarement il prend le chemin qui mène à Dieu tant que la vie terrestre se passe dans une tranquille régularité. La prière monte au Père dans le Ciel dans la plus grande misère et lorsqu’elle est faite en Esprit et en Vérité. Et ainsi le Père peut satisfaire la prière et envoyer Son Aide. Vraiment l'âme chantera un jour éloges et remerciements à Dieu, car avec cela Il lui a évité une très grande misère dans l'au-delà. Mais l'humanité ne le comprend pas, car elle n’en cherche pas l'explication dans le grand Amour de Dieu.

Amen