Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/1874a

1874a L'Immortalité de l'âme

1941/04/04: livre 28

La doctrine de l'immortalité de l'âme est inadmissible pour beaucoup d'hommes, parce qu'ils la comparent à la mesure du monde : la caducité. Sur la Terre il n'existe rien qui ait de la consistance, tout est seulement passager selon l'opinion de ces hommes, donc ils croient ne devoir faire aucune exception à cette loi de la nature. Le corps terrestre se délabre vraiment ainsi, c'est-à-dire qu’apparemment il se dissout et passe ; mais l'homme ne réfléchit pas que cette disparition apparente est seulement un moyen pour une nouvelle forme. Avec quelque réflexion il devrait reconnaître que tout le terrestre sert à un certain but et il observera que, même les Créations les plus insignifiantes, ont un certain lien entre elles et donc ne sont pas sans but. Si maintenant une telle Œuvre de Création passe, alors d’innombrables autres Créations absorbent en elles les restes de la première et donc elles se servent de celles-ci et continuent à vivre dans les nouvelles Créations. On doit seulement observer un sérieux changement extérieur, alors on doit aussi admettre que la vie intérieure ne peut pas passer. Et cette vie intérieure doit au moins être concédée à l'homme, il doit se rendre compte que l'âme de l'homme, la vie des sentiments ne finit pas arbitrairement, que cette vie des sentiments est le vrai sens de chaque incarnation. La forme extérieure ne sert à rien si le noyau intérieur n'est pas reconnu par l'humanité.

Interruption