Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/1820

1820 L'épuisement de la divine Source de Force à travers la résistance

1941/02/19: livre 27

Celui qui s'oppose à l’Action divine se prive d’une Grâce indicible, parce qu'il refuse Dieu Lui-Même, lequel veut transmettre Sa Force à l'homme. L'afflux de la Force divine n'est de toute façon pas aussi perceptible au corps comme le ressent l'âme, au contraire le corps est souvent forcé de renoncer aux joies terrestres, et il se cabre contre cela, c'est-à-dire que l'âme est poussée au travers de la Force divine au spirituel en lui, pendant que le corps exige aussi un dévouement à son égard, et donc l'homme se trouve dans une lutte avec lui-même, mais alors la volonté ne doit pas vaciller, le corps ne doit pas conquérir la suprématie, parce que cela signifierait la perte du Courant de Force de Dieu, cela mettrait l'âme en extrême danger et procurerait son arrêt spirituel ou bien sa rétrogradation. La volonté humaine ne peut pas être forcée, donc elle doit se décider elle-même ; par sa propre poussée elle doit libérer l'âme, elle doit soutenir son désir d’être mise en contact avec le spirituel, mais elle ne doit pas faire prévaloir le corps. Elle ne doit pas en même temps flirter avec le monde et forcer l'âme à participer aux avidités du corps. L'afflux de la Force spirituelle peut à nouveau être demandé seulement consciemment, et souvent le désir pour le monde empêche l'homme de demander le bien spirituel. Donc, l'homme s'oppose à un apport d'en haut, il ne le reçoit pas avec gratitude, mais seulement à contrecœur, et cette subtile résistance a pour conséquence l'épuisement de la divine Source de Grâce, et l'homme se trouve ensuite dans une situation regrettable, il cherche les joies du monde et ne les trouve pas. Mais il ne désire pas le bien spirituel, donc il ne peut pas lui être offert. Et même si la vie se passe sans profondes émotions, il ne trouve en elle aucune satisfaction, il n’y voit rien de beau parce qu'il est pauvre en bien spirituel, toutefois auparavant il a déjà appris à connaître l’effet de la Grâce. L'homme doit demander humblement et intimement la Force de Dieu, mais tout refus est une résistance contre cette Force, et donc Dieu la retire et cela a pour conséquence la misère animique, mais jamais un progrès spirituel.

Amen