Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/1802b

1802b La conséquence de ne pas reconnaître l’existence de Dieu

1941/02/05: livre 27

Plus l'homme reste obstiné dans son opinion que la Création cache certes une force de la nature, mais dont l’Action ne relève pas d'une Entité outre mesure parfaite, plus le spirituel en lui cherche à se détacher de la Puissance qui maintient tout, et la volonté de s'éloigner diminue aussi l'apport de Force de sorte que ce spirituel reste non racheté. Ne pas vouloir reconnaître une Entité essentielle est un refus de la Force que Dieu voudrait transmettre aux hommes. L'homme a perdu tout sentiment d'appartenance à Dieu, malgré le long chemin terrestre qui a précédé il est encore dans la plus grande rébellion contre Lui ; il Le nie, parce que son esprit ne veut pas Le reconnaître, chose qui s'exprime maintenant par une opinion totalement erronée sur l'Œuvre de Création et sur son origine. Celui qui se croit totalement indépendant de la Puissance créatrice, c’est à dire qui ne se sent pas étroitement uni avec cette Puissance, ne l’est effectivement pas puisqu'il lui manque l'apport de Force, ce qui a pour conséquence un manque de connaissance spirituelle. Renier Dieu doit avoir pour conséquence un naufrage spirituel, parce que l'homme se trompe s'il croit pouvoir former sa vie terrestre totalement tout seul. L'adversaire de Dieu soutiendra toujours de tels hommes, et cherchera à renforcer encore cette opinion erronée et il voudrait déterminer l'homme à se rebeller contre l’hypothèse qu’une Divinité essentielle gouverne le Cosmos et détermine le destin de chaque homme. Cet homme perçoit ensuite une telle pensée comme un poids et une oppression, et donc il la repousse et croit pouvoir se libérer de la Divinité, lorsqu’il La refuse. Et ainsi il pèche à nouveau contre Dieu, parce qu'il n'utilise pas la Grâce de l'incarnation en tant qu’homme, donc il pourra difficilement établir la liaison avec Dieu, et ainsi il passe inutilement sa vie terrestre.

Amen