Source: https://www.bertha-dudde.org/fr/proclamation/1788

1788 Les pensées sont la conséquence de la volonté

1941/01/26: livre 27

Les pensées de l'homme se lèvent dans la direction qui correspond à sa volonté. Et de cela on peut déduire que l'homme peut aussi être considéré comme responsable de ses pensées. Parce qu’il se rend réceptif pour des transmissions spirituelles auxquelles sa volonté ne s'oppose pas. Il se sert de la force d'êtres de l'au-delà qui veulent lui donner selon sa volonté, qu’elle soit tournée vers la Vérité ou bien vers le mensonge, car les êtres offrants sont bons ou mauvais. Si donc l'homme se sent poussé dans ses pensées, c’est qu’il oppose trop peu résistance à la force spirituelle qui veut se manifester, et cette force conquiert le dessus ; des forces bonnes et mauvaises veulent prendre possession de l'homme. Mais ce que maintenant l'homme veut est déterminant. Ainsi comme lui-même est, de quel genre est son être, ainsi seront aussi les êtres qui s'approchent de lui. Si l'homme veut le Bien, alors les êtres bons s‘approcheront, comme inversement la mauvaise volonté attire les êtres mauvais qui maintenant veulent communiquer avec lui. Mais un homme n'est jamais instruit par les êtres contre sa volonté, sa volonté est toujours déterminante pour ce qui lui arrive maintenant comme savoir. Les pensées sont donc des transmissions du Royaume de l'au-delà que la volonté de l'homme demande. Mais la volonté est totalement libre, elle peut demander ce vers quoi elle se sent attiré, mais cela a des conséquences qui sont maintenant un avantage ou un désavantage pour l'âme. Donc la volonté est responsable des dommages causés à l'âme, parce que toutes les pensées qui arrivent à l'homme, qui sont des transmissions d'êtres spirituelles bas, ne peuvent pas faire autre chose qu'influencer grossièrement l'âme, et donc son développement vers le Haut est en danger, tandis que chaque transmission d'êtres spirituels bons doit procurer de nouveau du Bien et la volonté est la base du progrès spirituel. Et donc la tendance pour la Vérité, le désir pour Dieu dépend de la volonté humaine, chaque pensée naît de la volonté humaine, elle est seulement la conséquence de la décision de la volonté de l'homme. Les pensées seront toujours d’un genre qui est en adéquation avec la volonté humaine, ou bien la volonté humaine se décide pour des pensées qui sont fondées dans son être. Donc l'homme est responsable, si sa volonté tend vers un patrimoine mental qui procure des dommages à son âme, parce qu'il était en mesure de reconnaître le Bien et de le désirer.

Amen